L'homme aux cercles bleus de Fred Vargas

Publié le par khanel3

aplatir ma pal 

5/5 pour octobre

 

Résumé : " Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? "

Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon...

Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent : un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique. Il n'a pas tort. Un matin, c'est le cadavre d'une femme égorgée que l'on trouve au milieu d'un de ces cercles bleus. 

 bleu.jpg

Mon avis : La talentueuse Fred Vargas nous a concoctée une histoire des plus loufoques, avec des personnages truculents !

Un commissaire qui enquête à l'instinct, un enquêteur intelligent mais trop porté sur le vin blanc à partir de 16 heures, une femme qui suit les gens dans la rue sans raison, un aveugle cynique, une vieille femme qui fait les petites annonces pour trouver le mari idéal.... Et surtout un homme qui fait des cercles à la craie bleue la nuit dans les rues de Paris.....

Quoi de mieux pour nous faire sourire dans une enquête policière ! Je suis décidemment fan de Fred Vargas !

Extraits :

* Acculé, effrayé par les accusations qui pesaient sur lui, le vieil homme se délabrait à vue d'oeil. Il ne savait même plus répondre aux questions les plus simples.

* - Le piège est gros, non ? Faut vraiment prendre les flics pour des cons.

- D'une part on rencontre autant de cons chez les flics que partout ailleurs. D'autre part des esprits sommaires pourraient trouver la combine à leur goût. 

* Adamsberg, sachez-le bien, n'attaque pas, mais il vous transforme, il vous contourne, il revient par derrière, il désamorce et tout compte fait il vous désarme.

* On naît et on crève, et au milieu on s'échine à perdre notre temps en faisant semblant de le gagner...

* Quand on regarde de l'eau dans un seau, dit Adamsberg, on voit le fond. On met le bras dedans, on touche quelque chose. Même chose dans un tonneau, on y arrive. Dans un puits, rien à faire. Même lancer des petits cailloux dedans pour essayer de se rendre compte, ça ne sert à rien. Le drame, c'est qu'on essaie quand même. L'homme, il faut toujours qu'il se «rende compte». C'est ça qui ne lui vaut que des emmerdements. Vous ne vous imaginez pas le nombre immense de petits cailloux qui sont au fond des puits. Ce n'est pas pour écouter le bruit que ça fait quand ça tombe dans l'eau que les gens les lancent, non. C'est pour se rendre compte.

Prochaine lecture : le livre voyageur : 

 Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

Merci Mistigris :    

  mistigris-copie-2.JPG

Dans ma communauté :

Josse : http://lesparlottesdejosse.over-blog.fr/article-des-livres-des-chats-111749162.html 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

écureuil bleu 31/10/2012 20:03


Merci pour ce bel article qui me donne envie de découvrir l-univers de Fred Vargas. Bisous

flipperine 30/10/2012 18:04


un grand auteur

jean marie 29/10/2012 08:03


hier j'ai fait le nettoyage de mon bassin mais j'ai pas fini j'ai dédoublé le nénuphars,bises

chipie95320 28/10/2012 22:20


merci de nous faire connaitre ce livre je ne le connaissait pas bonne semaine bisous

Nelcie 28/10/2012 22:11


J'ai trouvé ce roman de Fred Vargas en-dessous de ceux que j'ai pu lire d'elle.